Reconstruction mammaire

Reconstruction du sein après un cancer à Lille : Quelle technique choisir ?

Les femmes ayant subi une mastectomie se voient un jour ou l’autre confrontées à la question de la reconstruction. Quelles sont les différentes possibilités? Pour quels avantages et quels inconvénients?

La chirurgie reconstructrice du sein est un domaine de compétence large. Elle repose sur des principes simples que sont la technicité, l’expérience du chirurgien et la sécurité des patients.

 

Ce qui est important, c’est d’être à l’écoute de la patiente et de cerner sa demande qui est différente en fonction des patientes (âge, sportive, sédentaire, morphologie, qualité de la peau, radiothérapie …).

 

 

1) Les différentes techniques de reconstruction ?

 

La reconstruction du sein se réalise en plusieurs étapes:

– Reconstituer le volume du sein

– Symétriser le sein controlatéral

– Reconstruire l’aréole et le mamelon

 

Il existe différentes techniques de reconstruction mammaire : Autologue (sans prothèse mammaire) et non autologue (prothétique)

 

 

  • Prothèse mammaire

Cette technique consiste à mettre en place un implant le plus souvent de forme anatomique derrière le muscle grand pectoral.

Dans certains cas, on choisit de mettre une prothèse gonflable (expandeur) pour gagner en élasticité de la peau (souvent rétractée après la chirurgie et la radiothérapie).Cette prothèse gonflable sera ensuite remplacée par une prothèse en gel de silicone.

 

Pour qui ? Cette technique concerne des femmes qui ont des seins petits ou moyens, et dont la peau est suffisamment souple.

Avantages : l’opération est plus rapide, les suites opératoires plus simples (4-5 jours d’hospitalisation). Elle ne crée pas de cicatrice supplémentaire.

Inconvénients : la prothèse peut se rompre (silicone) ou se dégonfler (sérum), former des vagues ou des plis ou durcir jusqu’à former une coque nécessitant son retrait. De plus, il faut envisager un changement de la prothèse (tous les 12 à 15 ans).

 

 

  • Lipomodelage

Egalement appelé lipofilling ou réinjection de graisse autologue

Le principe de cette technique est de transférer la graisse de la patiente (ventre, hanches, cuisses…) au niveau de la région mammaire et ainsi de recréer en plusieurs séances un sein avec une forme et un volume satisfaisant.

 

  • Lambeau de grand dorsal

Cette technique permet d’apporter de la peau, le muscle grand dorsal et de la graisse dorsale au niveau du thorax. Elle apporte un résultat excellent et très naturel.

Il peut être associé à la mise en place d’une prothèse mammaire ou d’un ou plusieurs temps de lipomodelage secondaire.

 

Pour qui ? Des femmes dont la quantité ou la qualité de peau est insuffisante.

Avantages : Le résultat est stable dans le temps et les risques d’échec de cette technique sont faibles.

Inconvénients : les cicatrices sont situées dans le dos et sur le sein. Les suites opératoires sont un peu douloureuses au niveau du dos. L’inconfort pour dormir ou conduire persiste plusieurs semaines. Enfin, il existe un risque d’hématome et de lymphocèle (accumulation de la lymphe) dans le dos.

 

 

 

2) A partir de quand puis-je envisager la reconstruction ?

 

Dans certains cas, on pourra envisager une reconstruction mammaire immédiate. La reconstruction se fait alors en même temps que l’ablation du sein (possible pour certains types histologiques de cancer du sein et si aucune radiothérapie n’est envisagée en post opératoire).

 

Dans les autres cas, on devra envisager une reconstruction mammaire différée (= secondaire).Le délai entre la fin des traitements complémentaires et le début de la reconstruction dépend entre autres de la qualité de peau après la radiothérapie. Elle est effectuée en moyenne dans un délai de six mois après la chimiothérapie et un an après la radiothérapie.

 

 

3) Après la chirurgie de reconstruction mammaire, comment se sentent les femmes ? Retrouvent-elles toutes leurs sensations ?

 

Lors de la chirurgie d’ablation du sein, le nerf qui traverse le tissu profond du sein et qui transmet les sensations au mamelon est sectionné. De ce fait, un sein reconstruit ne procure pas les mêmes sensations qu’un sein naturel. Avec le temps, la peau du sein reconstruit retrouve un peu de sensibilité, mais la sensation n’est pas la même qu’avant.

L’aréole et le mamelon reconstruits ne retrouvent pas de sensibilité érogène.

 

 

Le Docteur Julie Ellart vous accueille à la Clinique Clémenceau pour les consultations de Chirurgie plastique, esthétique et reconstructrice.

Pour prendre rendez-vous :

  • sur Doctolib
  • tel : 03 20 80 54 54 – Du Lundi au Vendredi (08h30 à 19h)

Adresse : 179 boulevard Clémenceau – 59700 Marcq-en-Baroeul

 

 

Posts created 9

Laisser un commentaire

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut